fbpx

La 4K décryptée

Il y a quelques années, les logos HD et full HD (1080 P) fleurissaient de toute part. Mais ils ont été balayés d’un revers de main par celui de la 4K. Derrière cet acronyme se cache une définition d’image et un niveau de détails nettement supérieurs. Une définition qui varie selon que l’on diffuse l’image au cinéma ou dans son salon. Mais que se cache réellement derrière l’appellation « 4K » ? Décryptage !

Différence entre la 4K et la 4K UHD
Différence entre la 4K DCI et la 4K UHD

La 4K c’est pour le cinéma et…

Pour mieux comprendre les différences qui existent entre l’exploitation cinématographique de la résolution 4K et son exploitation télévisuelle pour le grand public, il convient de s’immerger dans les spécifications du DCI (Digital Cinema Initiatives) concernant la chaîne de production cinématographique. Le DCI est un groupement d’experts du cinéma qui définit les formats pour les professionnels du cinéma numérique.

L’industrie du cinéma numérique a d’abord commencé à travailler en 2K (image filmée 2048 x 1080 pixels avec un ratio de 17/9) puis le DCI a rapidement proposé un format plus ambitieux : la 4K avec une image filmée en 4096 x 2160 pixels et un ratio de 17/9.  Le ratio du format 4K défini par le DCI est de 17/9, et c’est cette petite différence de ratio qui est à l’origine de toutes les confusions au sujet de la 4K !

Et concrètement ? Les techniques de tournage influent sur la résolution de l’image. De nos jours, les réalisateurs ont la possibilité d’utiliser deux techniques de prise de vues.

  1. L’une avec des caméras classiques équipées de pellicules argentiques généralement de 35 mm
  2. Et l’autre avec des caméras numériques.

La seconde méthode prend davantage le pas sur le premier avec l’avènement du cinéma numérique et de moins en moins de films sont tournés en pellicules 35 mm.

L’autre aspect intéressant est de comparer la résolution de projection d’un film tourné en 35 mm à son équivalent numérique. Il apparaît que la résolution des images argentiques est supérieure à celle des images numériques sauf dans le cas d’images 4K au format 1.85 (format standard américain 1.85.1) qui est comparable.

 

…UHD c’est pour la télé !

Pour ceux qui n’auraient pas encore tout saisi UHD (Ultra High Definition) est donc la version « petit écran » du 4K. Grâce à l’UHD, le nouveau standard de résolution est désormais de 3840 x2160 pixels. Ce dernier vient doubler le nombre de pixels en hauteur et en largeur de nos anciennes dalles Full HD (1920 x 1080 pixels) tout en conservant le ratio de l’image à 16/9.

Si nous partons d’une définition de 2160 pixels en hauteur, il faut 3840 pixels en largeur pour le 16/9 (format TV) mais 4096 pixels en largeur pour le 17/9 (format cinéma). Ces 256 pixels de différence en largeur viennent simplement du fait que le format d’enregistrement cinéma est un peu plus panoramique que celui de nos télévisions. Cette différence a toujours existé. A l’époque du Full HD 1080p le monde du cinéma travaillait en 2K avec une définition de 2048 x 1080p (17/9). Alors que nos écrans de TV étaient en 1920 x 1080p (16/9).

Donc, il n’existe pas de vraie ou de fausse TV 4K, il existe deux 4K. Celle pour la maison et celle pour le cinéma. Même si le terme exact est “UHD”, les fabricants ont réussi à semer la confusion dans l’esprit des néophytes.  Lorsque l’on parle de télévisions (LCD, LED ou OLED) les mots

  • 4K,
  • UHD
  • ou encore 4K UHD

veulent dire exactement la même chose : une définition de 3840 x 2160 pixels avec un ratio de 16/9.

Pour l’info, le second logo Ultra HD émane de l’association « Digital Europe ». Elle représente l’industrie des technologies digitales sur le territoire européen. Pour simplifier, il s’agit d’un organisme comme le CTA, qui se focalise sur l’industrie digitale à l’échelle européenne.

 

Comment optimiser la 4K dans votre salon ?

Le meilleur moyen pour profiter de la 4K est d’opter pour une installation en HDMI 2.0 (TV, lecteur Blu-ray, box, consoles). Elle restera la norme de référence pour votre TV 4K UHD pour de nombreuses années à venir. En terme de câbles, il est conseillé d’investir dans des câbles HDMI Premium High Speed. Ils sont compatibles HDMI 2.0 (4K, HDR, 60 images par seconde).

On a aujourd’hui accès à du contenu 4K UHD natif de différentes manières sous forme physique ou dématérialisée. Pour ce qui est des plates-formes de streaming telles que Netflix, Amazon Prime ou YouTube, la transmission de la 4K se fait via :

  • la box,
  • votre Tv connecté
  • ou encore vos périphériques multimédia.

Ces diverses solutions vous permettent de profiter de contenus 4K UHD via votre connexion internet, de préférence en fibre avec une bande passante d’au moins 25 Mbit/s.

Différence entre résolution argentique et numérique

Selon le blog Cobra, voici un exemple de résolution en fonction de l’argentique et du numérique :

Ainsi sur la base qu’un grain de la pellicule équivaut à 1 pixel sur une moyenne de 40 000 grains par millimètre carré ; on peut édicter les correspondances de résolution suivantes :

Résolutions argentiques 35 mm :

  • Pour un format 1.85 : La résolution obtenue est de 9.5 millions de pixels pour une surface de 237.47 mm²
  • Pour un format 2.39 (anamorphosé) : La résolution obtenue est de 14.7 millions de pixels pour une surface équivalent à 367.43 mm²

Résolutions numériques :

  • 2K au format 1.85 : La résolution obtenue est de 2.2 millions de pixels
  • 2K au format 2.39 : La résolution obtenue est de 1.8 million de pixels
  • 4K au format 1.85 : La résolution obtenue est de 8.6 millions de pixels
  • 4K au format 2.39 : La résolution obtenue est de 7 millions de pixels

In fine, c’est à la Consumer Technology Association (CTA) que nous devons l’uniformisation de la résolution 4K Ultra HD que nous trouvons sur les téléviseurs équipés. Cet organisme est un syndicat professionnel pour le compte de l’industrie de l’électronique grand public outre- Atlantique. Grâce à cette mission, la CTA  est parvenue à convaincre l’ensemble des constructeurs de créer un logo « 4K Ultra HD » afin de se différencier du 4K cinématographique (DCI). Cela a permis aux consommateurs de mieux s’y retrouver. Même si, encore aujourd’hui, il n’est pas toujours évident de s’y retrouver.

Share:

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
eric-goron-realisateur-dop-monteur-telepilote-et-formateur-var

ERIC GORON : Réalisateur - DP - Monteur - Formateur - Télépilote Drone (DGAC)

Formé à l’ESRA comme Cameraman – Monteur, Eric Goron travaille depuis 2005 pour de nombreux prestataires dans le monde du sport automobile, du football, de la télévision et dans d’autres domaines comme l’événementiel et l’institutionnel. Formateur certifié Apple Final Cut Pro X, Davinci Resolve, Arri Academy user caméra et télé-pilote de drone, il intervient dans plusieurs centres et écoles en France.
Tous droits réservés ©VISUALSEQUENCE 2020

Visual sequence

Nos articles similaires