fbpx

RAW, le format brut qui fait du bruit

photo source : Pixabay

Le fichier RAW de nos jours équivaut à notre bonne vieille pellicule d’antan. Il est le fichier en attente de traitement en quelque sorte. Le ficher RAW contient toutes les données d’image capturées par le capteur d’image sans que celles-ci soient traitée ou ajustée. C’est donc le format numérique issu directement du capteur de l’appareil photo ou de la caméra.

Avantages et inconvénients !

 

Le format RAW est un format de travail et non un format de diffusion. Si vous souhaitez contrôler totalement l’exposition, la balance des blancs et d’autres paramètres, le format RAW est fait pour vous. Seuls quatre réglages affectent de manière permanente une image RAW :

  • L’ouverture
  • La vitesse d’obturation
  • L’ISO
  • La mise au point.

D’autres paramètres peuvent affecter l’apparence de l’aperçu, mais on peut annuler leurs effets peuvent dans un programme d’édition.

Avantages du format RAW

L’utilisation du format RAW présente plusieurs avantages :

  • RAW permet de choisir la plupart des paramètres après avoir capturé le fichier ou la photo, pas avant. Par exemple, lorsque vous enregistrez une image JPEG sous des lumières fluorescentes, l’appareil photo ajuste l’image pour supprimer la teinte jaune-vert. Toutes les modifications que vous apportez ultérieurement sont au-dessus de cette modification initiale. Si vous prenez l’image au format RAW, l’appareil photo enregistre les images telles quelles. Vous décidez du réglage de la balance des blancs à utiliser ultérieurement. Vous pouvez même créer différentes versions d’une image. Dans ce cas, chacune peut avoir sa propre balance des blancs.
  • Les images RAW ne sont pas compressées à l’aide d’un schéma de compression avec perte qui supprime les données pour réduire la taille des fichiers image. Bien que certains appareils aient un format RAW compressé, ces images sont compressées à l’aide d’une compression sans perte. Lorsque vous ouvrez ces images, elles contiennent toutes les données d’image d’origine.
  • Les images RAW comme les images JPEG. Lorsque vous prenez des photos au format JPEG, une puce de traitement dotée de la puissance d’un petit ordinateur les manipule en fonction des paramètres de l’appareil photo que vous avez utilisés, puis les compresse pour réduire leur taille. Vous ne peuvez pas annuler ultérieurement les modifications apportées à vos images, car le fichier image enregistre la dernière image modifiée. De ce fait, certaines des données d’image originales sont définitivement perdues. Avec les images RAW, le fichier enregistre toutes les données d’origine capturées par l’appareil photo. De cette façon vous pouvez les traiter ultérieurement sur votre ordinateur. Les paramètres utilisés pour prendre des images RAW sont enregistrés, mais ils ne sont pas appliqués de manière permanente à vos images tant que vous ne les avez pas enregistrées dans le format souhaité.
  • Avec le format RAW, l’effacement des erreurs est possible. Parmi ces post-traitements programmables par l’utilisateur, prenons l’exemple d’un mauvais réglage de la température de lumière. Disons une désagréable ambiance bleue qui vient vous parasiter le cliché. En JPEG, il faudra bien maîtriser votre logiciel de retouche photo. Et cela au prix d’une bonne perte de temps et sans avoir d’étalon réellement fiable. En RAW, la balance des blancs peut se faire en un seul clic.  Selon le logiciel utilisé, il est possible de réaliser cette « correction » en quelques secondes.
  • Les images RAW ont une plus grande profondeur de couleur. C’est pourquoi vous pouvez obtenir des gradations de tons plus douces et davantage de couleurs. Par exemple, les images JPEG utilisent uniquement 8 bits par couleur (RVB) ou 24 bits au total. Cela signifie que les images JPEG ne peuvent comporter que 256 tons (2 8) et 16 777 216 couleurs (2 24 ). Pendant ce temps, de nombreuses images RAW initialement capturées par le capteur en RVB 48 ou 36 bits (16 ou 12 bits par canal), sont ensuite réduites à 24 bits en RVB (8 bits par canal) lors d’une conversion en fichiers JPEG. Les 48 ou 36 bits complets sont conservés dans le format de fichier RAW après le traitement des images sur votre ordinateur, car le fichier d’origine n’est pas écrasé par vos modifications. Vous pouvez même conserver les 16 ou 12 bits par couleur en enregistrant les images dans un format tel que le format TIFF et le format PSD de Photoshop.
  • Vous pouvez utiliser une image RAW pour générer d’autres versions de la même image. Par exemple, de nombreux professionnels ajustent les zones de hautes lumières et d’ombre et enregistrent ces versions séparément. À l’aide d’un programme de retouche, ils combinent ensuite les deux images. En effaçant de manière sélective des parties de l’image supérieure, ils affichent les zones de l’image inférieure afin de parfaitement exposer toutes les zones.
Différences entre le fichier JPEG et le fichier RAW (source : Know Techie https://knowtechie.com/difference-raw-jpeg-file-format/)
Différences entre le fichier JPEG et le fichier RAW (source : Know Techie https://knowtechie.com/difference-raw-jpeg-file-format/)

 

Inconvénients de l’utilisation du format RAW

  • Certes, l’utilisation d’images RAW présente des inconvénients : la taille de leurs fichiers et la nécessité de les traiter. Lorsque vous avez terminé de filmer pour la journée, il reste encore du travail à faire.
  • Les fichiers RAW sont assez volumineux. Si vous utilisez beaucoup ce format, vous aurez besoin de plus d’espace de stockage.  Les délais de traitement seront également plus longs.
  • Les images RAW ne sont pas toujours nettement meilleures. Ils brillent lorsque vous avez des problèmes d’exposition ou de balance des blancs. Comme les images RAW ont 16 ou 12 bits par couleur au lieu des 8 bits utilisés par les fichiers JPEG, vous disposez de beaucoup plus d’informations à utiliser pour effectuer les réglages.
  • Le JPEG (Joint Photographic Expert Group) est défini par un encodage sur 8 bits/couleur. Quant au format RAW, il utilise la plupart du temps un encodage sur 12 ou 14 bits, par compression sans pertes. Le fichier est donc plus lourd car il possède plus d’informations graphiques. Les détails de l’image sont nettement meilleurs. De surcroît il y a plus de liberté en post-production pour travailler ces images sur un logiciel de retouche d’images.

 

  • Concrètement cela permet de
  • corriger l’exposition si nécessaire (image trop claire ou trop sombre)
  • éventuellement de récupérer des détails dans les hautes lumières ou les zones sombres,
  • voire repasser en couleur sur une image JPEG en noir et blanc…

 

Et oui : cela fait partie du post-traitement. L’image native est forcément en couleur car le capteur enregistre du RVB (Rouge Vert Bleu).

Comment est né le RAW vidéo ?

En fait, on a inventé et adopté le RAW  dans la photographie numérique à peu près au même moment où le cinéma numérique gagnait des supporters à Hollywood.

En 2004, Adobe a publié la première version de son format de fichier.DNG, ou Digital Negative. La technologie derrière DNG se basait sur la norme TIFF / EP. DNG a été le premier codec à enregistrer l’image directement à partir du capteur, en contournant la forte compression rencontrée dans les caméras de l’époque. L’avantage de créer le format DNG en plus de la norme TIFF / EP s’était la possibilité du stockage d’informations non enregistrées dans l’image dans un fichier de métadonnées séparé à des fins de lecture, de traitement et de réglage sur un ordinateur.

La capture d’images RAW est rapidement devenue la priorité de la communauté des vidéastes. Au cours de cette période, les industries de la vidéo et du cinéma numérique se sont largement concentrées sur la transition de la SD à la HD. Ils s’intéressent aussi au passage d’un support d’enregistrement sur bande magnétique à un enregistrement à l’état solide, plus fiable et de meilleure qualité.

La course au RAW

Puis plusieurs sociétés méconnues ou certaines grandes firmes se sont lancées dans la course au « RAW » en le démocratisant au fil des années. La vidéo RAW a ouvert aux mains de la plupart des communautés du film et de la vidéo des possibilités de contrôle et de qualité d’image. Auparavant elles étaient réservées uniquement aux maisons de production haut de gamme et aux laboratoires de film. Les nouvelles avancées de RAW pourraient en faire un format endémique que l’on retrouve même dans les appareils photo économique.

Pour approfondir vos connaissances sur le format RAW en vidéo, consultez nos article ser le ARRIRAW ainsi que le Blacmagic RAW.

Conclusion

Le format RAW n’est pas mieux ou moins bien que le format JPEG. Il est différent : C’est le format de travail idéal si l’on souhaite modifier ses clichés avec plus de liberté.
Pour un usage immédiat des photos, il vaut mieux utiliser le format de diffusion JPEG.

Un paradoxe peut apparaître : Les photographes professionnels de reportage, vont plutôt utiliser le JPEG, car ils maîtrisent bien la prise de vue. Alors que des photographes amateurs devraient l’utiliser pour corriger les erreurs de la prise de vue. Le « client » idéal pour le format RAW serait un photographe d’Art ou un graphiste, qui ont besoin de retoucher les images vraiment au pixel près…

Share:

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
eric-goron-realisateur-dop-monteur-telepilote-et-formateur-var

ERIC GORON : Réalisateur - DP - Monteur - Formateur - Télépilote Drone (DGAC)

Formé à l’ESRA comme Cameraman – Monteur, Eric Goron travaille depuis 2005 pour de nombreux prestataires dans le monde du sport automobile, du football, de la télévision et dans d’autres domaines comme l’événementiel et l’institutionnel. Formateur certifié Apple Final Cut Pro X, Davinci Resolve, Arri Academy user caméra et télé-pilote de drone, il intervient dans plusieurs centres et écoles en France.
Tous droits réservés ©VISUALSEQUENCE 2020

Visual sequence

Nos articles similaires